Demande d’une autorisation de voyage aux États-Unis (Esta)

autorisation de voyage

Simplifiée il y a plusieurs années, l’autorisation ESTA permet aujourd’hui aux voyageurs de rester jusqu’à 90 jours sur le territoire américain. Les démarches pour obtenir ce visa sont assez simples mais vous devez être particulièrement rigoureux pour être sûr de voir votre demande acceptée et profiter de vos vacances.

Quand commencer les démarches pour l’ESTA ?

En préparant votre voyage aux Etats-Unis, vous avez peut-être pris vos billets plusieurs mois à l’avance. Il n’est pas utile de faire la même chose pour une autorisation ESTA. Pour être sûr d’être en possession de cette autorisation de voyage, vous devez commencer vos démarches au minimum 72h avant votre départ. Cette durée est le délai dont disposent les services de l’immigration pour répondre à votre demande.

Pour être quasiment certain de ne pas voir votre demande refusée, vous devez remplir attentivement toutes les informations qui vous sont demandées sur le site dédié du gouvernement américain. Vous devez notamment renseigner vos coordonnées, le nom de votre employeur ou encore le nom de vos parents. L’administration demandera aussi à connaître l’adresse où vous séjournerez pendant votre voyage ainsi que l’existence de possibles antécédents médicaux ou judiciaires. Pour valider votre demande, vous devrez payer des frais de 14 dollars.

Vous pouvez demander à un site tiers de faire la demande à votre place. Des sites comme usaestavisas.com/fr se chargent de transmettre toutes vos informations pour l’obtention d’un ESTA, moyennant des frais. Dans tous les cas, vous devez avoir un ESTA validé avant de prendre l’avion pour les Etats-Unis si vous ne voulez pas faire demi-tour à peine arrivé.

Comment se passe le contrôle aux frontières ?

L’obtention d’un visa américain ne garantit absolument pas l’entrée sur le territoire, même si 99,9% des demandes ESTA sont acceptées. Avant de profiter de votre séjour, vous devrez passer les services de l’immigration qui vont tamponner votre passeport pour attester que vous avez le droit de visiter le pays.

Une fois sorti de l’avion et arrivé dans la zone de transit, vous serez normalement dirigé vers des machines automatiques qui se chargent de faire une pré-validation de votre profil. Vous devrez alors scanner votre passeport, donner vos empreintes digitales et accepter que la machine prenne votre photo. Si votre dossier est validé, vous n’aurez qu’une courte attente avant de passer devant un agent de l’immigration.

Il est recommandé de répondre calmement et poliment à toutes les questions qui pourraient vous être posées, même si elles paraissent incongrues. L’immigration a le pouvoir de vous retenir plusieurs heures si elle estime que vous présentez un risque pour le pays ou que votre dossier n’est pas complet. Un agent insistant au guichet ne fait généralement qu’un contrôle de routine.

Un ESTA peut-il être refusé ?

Environ 99,9% des demandes ESTA sont acceptées, mais il peut arriver que votre autorisation soit refusée. C’est par exemple le cas si les Etats-Unis vous ont précédemment refusé un autre visa, quel qu’il soit. Votre demande peut aussi être rejetée si vos informations sont incomplètes.

Dans certains cas, votre demande peut être annulée lorsque vous arrivez à l’immigration. C’est un cas de figure assez rare mais qui peut arriver. C’est notamment le cas si les agents estiment que vous avez l’intention de travailler sur le territoire sans avoir le visa adéquat. Si vous avez déjà dépassé la durée de validité de l’ESTA (90 jours consécutifs) ou d’un autre visa américain, le risque est plus élevé.

Si votre ESTA est refusé à l’immigration, vous ne pouvez pas faire grand chose à part attendre un vol retour. Si votre demande est rejetée avant le départ, vous n’avez pas d’autre choix que de demander une autorisation de voyage pour un autre visa. Le visa B2 vous permet notamment de rester sur le territoire pour une durée maximale de 6 mois. Il est toutefois plus dur à obtenir par crainte de l’immigration illégale et vous devrez fournir des preuves d’attache à votre pays d’origine comme un titre de propriété ou un contrat de travail.